top of page
Rechercher

HIERARCHIE ET DOMINANCE

Dernière mise à jour : 27 oct. 2022


Position de l’association « Bien vivre avec son chien » Association d’éducation canine concernant les notions de dominance, soumission, hiérarchie linéaire (chef de meute) dans le cadre des relations homme-chien.


Éduquer des chiens en se basant sur des concepts de dominance, soumission, chef de meute, hiérarchie linéaire sont des idées qui appartiennent à un autre monde, le monde de l’ignorance !


Ces notions existent évidemment dans le règne animal, mais elles ont souvent perdu leurs sens éthologiques dans le monde de l’éducation canine, la sémantique n ‘est plus respectée, ces notions sont devenues des croyances populaires.


Le chien est un être dominant, pour une bonne relation, il doit être soumis, afin de se retrouver tout en bas de la hiérarchie (linaire) d’une famille humaine.


Faux, archifaux


Aucun chien ne se lève le matin en se disant « tiens, si je devenais le chef de la famille ce matin ».


Cette croyance populaire conduit malheureusement, souvent vers la force, la coercition.


Cela ne peut que nuire au bien être du chien, conduire à des comportements de mal être, de peur, d’anxiété ou d’agressivité et évidement détériorer la relation humain-chien.


Il faut des règles dans une famille (humains canins), mais elles doivent être mises en place en utilisant d’autres processus que la force, et la coercition.


Au cours des dernières décennies, notre approche éducative s’est considérablement améliorée grâce à l’éthologie, à la science, aux neurosciences.


la prise en compte des besoins du chien, l‘aménagement des antécédents, le renforcement positif, les renforcements différentiels, l’extinction, la punition négative, la mise en place de programmes de renforcements pertinents, et la mise en place d’apprentissage sans erreur, sont des outils, des processus efficaces, qui ne sont plus à prouver scientifiquement. ils permettent de respecter le bien être du chien et favorisent une bonne relation.


La connaissance de l'éthogramme du chien (ses comportements), ses besoins, ses modes de communication sont des connaissances indispensables à acquérir, elles permettent de valider la bonne utilisation de notre approche éducative, et de notre communication.


en éducation canine, Le bien-être du chien et une bonne relation (interactions positives) devraient être nos deux préoccupations principales.


Une fois, ces connaissances maitrisées, ils permettent aisément de mettre en place n’importe quel apprentissage et d’obtenir des résultats efficaces et durables dans le temps, le tout en utilisant des méthodes bienveillantes et respectueuses.


Ces méthodes scientifiques ne s’inventent pas, elles s’apprennent ! mon rôle d'éducateur est de les transmettre (voir blog, rôle de l 'éducateur canin)


Conclusion :


Utilisons notre savoir (éthologie, communication), notre savoir-faire (science d’apprentissage, pédagogie), et notre savoir-être (respect, bienveillance...) pour mettre en place des règles de bien vivre ensemble humain canin.


Ne vous laissez pas embobiner par des éducateurs canins qui prônent des notions de hiérarchie, de dominance, de soumission, ce discours cache souvent un manque de manque de formation professionnelle.


Aucun chien ne mérite d’apprendre par peur de recevoir un coup de collier chainette, du pet corrector, ou autres outils coercitif.


Comyn Olivier

Association Bien vivre avec son chien

Éducateur canin professionnel I Diplôme état

Quelques ressources supplémentaires


DVM, Vétérinaire Comportementaliste)

Livre :

Dominance, mythe ou réalité Barry Eaton, éducateur canin anglais réputé, membre du COAPE et président du Wessex Sheepdog Society.)



110 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page